Les pédagogies de l'apprentissage - Marguerite Altet

Les pédagogies de l'apprentissage - Marguerite Altet

0.00
Add To Cart
 

Les pédagogies de l'apprentissage

Marguerite Altet

Quadrige

1997, 2013

Catégorie : Pédagogie


« Déjà dans la Grèce Antique, le pédagogue n'est pas l'enseignant qui fait la classe, mais l'adulte qui conduit, accompagne l'élève vers le savoir, qui le sert, le guide, qui lui fait apprendre ses leçons. »

« L'apprentissage est ainsi défini comme un processus d'appropriation personnelle du sujet, un processus significatif qui construit du sens et un processus de changement. »

J-M De Ketele

« L’enseignant devrait "parler moins, faire agir plus et observer pendant ce temps". » 

« Ces pédagogies cherchent à développer les stratégies cognitives et métacognitives de l'élève, tentent d'aider l'élève à développer sa capacité d'apprendre, de réfléchir, et à les exercer seul. Après avoir outillé l'élève, le pédagogue s'efforce de l'amener à réfléchir par lui même, à construire son autonomie. »

« Pour Cousinet, l'élève n'est pas un "enseigné" mais un "apprenant", car "apprendre n'est pas recevoir". L'apprentissage est actif. "Si le maître veut que l'élève apprenne, il doit lui même s'abstenir d'enseigner". »

« B.F Skinner voit dans l'enseignement "une manière expéditive et concentrée de provoquer l'apprentissage, d'organiser des contingences de renforcement". Il s'appuie sur le rôle actif de l'élève. "Nous n'apprenons que ce que nous faisons. Nous apprenons par l'expérience. Nous apprenons par essais et erreurs". »

« C'est la constatation de l'échec d'un enseignement indifférencié avec un public d'élèves hétérogènes qui a amené l'idée des pratiques différenciées. »

« Apprendre pour Ph Meirieu c'est "avoir un projet, mettre en œuvre une (des) opération(s) mentale(s), négocier cette opération mentale avec la stratégie la plus efficace". »

« Bloom montre à partir de travaux de recherche (1986), qu'en réalisant ces diverses conditions pédagogiques, qui se rapprochent du préceptorat ou d'un enseignement individualisé, les apprenants réussissent. »

« Métacognition, connaissance de soi et confiance en soi sont des concepts clefs. »

« Pour Jean Berbaum, apprendre "c'est d'abord faire. Mais c'est surtout en faisant, chercher à améliorer sa manière de faire". C'est aussi adopter une attitude positive vis-à-vis de ce qu'on apprend. »

« Ces pédagogies centrées sur la réussite de l'apprentissage scolaire et les moyens de la réussite des apprenants ont, en utilisant les apports des théories cognitivistes, procédé à l'inversion du processus pédagogique et se décentrant du processus d'enseignement et se rapprochant du processus d'apprentissage. »

« La notion de compétence a remplacé celle d'objectif ou de maîtrise et devient le principe directeur dans l'organisation des activités d'apprentissage scolaire. »

« Une compétence mobilise différentes ressources, des savoirs et des savoir-faire, qu'elle permet de relier les savoirs acquis, de les utiliser dans des situations complexes de la vie - communication, résolution des problèmes en mettant l'accent sur ce qui est essentiel : l'intégration des ressources déjà appropriées. »

« L'apprentissage, dans la conception constructiviste, ne se réduit pas a un processus cumulatif. »

John Dewey

« La première préoccupation d'un maître doit être de considérer les situations ou une interaction se produit. »

« Ce n'est pas la matière enseignée qui est par elle-même éducative ou qui représente pour le développement de l'enfant une valeur éducative irremplaçable. »

Edouard Claparède

« Quelle est la valeur psychologique d'une "connaissance", quelle est la signification biologique du savoir, à quoi sert-il de savoir ? Cette question est importante. L'école feint de l'ignorer. Elle semble admettre qu'une connaissance a une sorte de pouvoir magique, et qu'un fait, par cela seul qu'il est emmagasiné dans la mémoire, augmente la valeur d'un individu. Son tort est de ne pas s'être placée au point de vue fonctionnel. »

« A quoi sert de comprendre si ce n'est pour agir ou pour comprendre les autres ? »

« Comment faire pour que toutes ces connaissances ne restent pas des connaissances mortes, demeurant dans l'esprit comme des corps étrangers, sans rapport avec sa vie propre? C'est là le grand problème de la didactique. »

« "On ne peut faire boire un âne qui n'a pas soif", dit un judicieux proverbe. De même, on ne peut faire écouter ou travailler un individu, et surtout un enfant, sans avoir suscité chez lui un intérêt, c'est à dire un besoin de savoir ou d'agir. Comment susciter cet intérêt ? Comment le créer s'il n'existe pas naturellement ? C'est la question préalable à toute intervention éducative. »

Cousinet

« Ce n'est pas en étant enseigné et parce qu'on est enseigné qu'on apprend. Et on pourrait dire au moins que moins on est enseigné, plus on apprend, puisqu'être enseigné c'est recevoir des informations, et qu'apprendre c'est les chercher. »

« Et l'écolier travaille d'autant mieux qu'il est maintenant sur de rencontrer en la personne du maitre, un collaborateur et non un juge.»

Célestin Freinet

« L'école est l'ennemie du tâtonnement. Elle est trop orgueilleuse de posséder la science, la connaissance, et des techniques qu'elle croit éprouvées. C'est en partant de la perfection supposée qu'elle prétend construire. »

« Nous devons rétablir le processus normal, celui du tâtonnement expérimental à tous les degrés. »

Martin Gray

« On ne peut pas vivre sans projet. »

GFEN(groupe français d'éducation nouvelle) 

« Le projet va entrainer des activités ayant un but utile, sérieux, de nature à transformer le cadre de vie de l'enfant (dans l'école et hors de l'école). Dès lors, cette pratique se met en place, les apprentissages tels que lire, écrire, compter apparaissent comme réalité. On a besoin de créer pour avancer et ces situations de lire, écrire, compter deviennent fonctionnelles. »

Philippe Meirieu

« Le principe de base qui doit présider à la mise en place de la pédagogie différenciée consiste à multiplier les itinéraires d'apprentissage en fonction des différences existant entre les élèves, tant sur le plan de leurs connaissances antérieures, de leur profil pédagogique, de leurs rythmes d'assimilation, que de leurs cultures propres et de leurs centres d'intérêt.»

« C'est pourquoi la construction d'une personne libre ne requiert pas seulement le partage des savoirs mais aussi l'élaboration progressive de "méconnaissances", c’est à dire de connaissances sur la manière dont elle a acquis, peut utiliser et étendre ses savoirs. »

Philippe Meirieu & Michel Develay

« il n'est aucune acquisition d'aucune sorte qui ne s'inscrive d'abord dans un contexte chargé a la fois sur le plan cognitif et sur le plan affectif, un contexte qui soit, tout à la fois, objet de connaissance et objet d'investissement. »

« Chaque fois, l'essentiel est, pour nous, que l'élève construise une compétence, c’est à dire dispose de la possibilité d’associer une famille de problèmes correctement identifiée avec un outil de traitement correctement maitrisé.»

Jean-Pierre Astolfi

« Je crois qu'on a tort de penser que les élèves, même ceux qui ne sont pas les meilleurs, ne seraient pas sensibles aux défis intellectuels qu'on pourrait leur proposer. A condition, évidemment, que ceux ci soient à leur mesure et que, moyennant qu'ils s'y accrochent, ils aient raisonnablement leur chance. »

Benjamin S. Bloom

« Nous avons choisi trois variables interdépendants qui, correctement traitées, permettraient aux écoles de devenir un système d'éducation presque sans erreur : a) la mesure dans laquelle l'élève a déjà maîtrisé les prérequis de base nécessaires au nouvel apprentissage; b) la mesure dans laquelle l'élève est (ou peut être) motivé à s'engager dans le processus d'apprentissage; c) la mesure dans laquelle l'enseignement est approprié à l'élève.

« Dans cette optique, apprendre veut donc essentiellement dire pouvoir donner du sens a une réalité complexe.»