Les neurosciences au coeur de la classe - Pascale Toscani

Les neurosciences au coeur de la classe - Pascale Toscani

0.00
Add To Cart
 

Les neurosciences au coeur de la classe

Pascale Toscani

Chronique Sociale

2013

Catégorie : Psychologie cognitive, Techniques de psychologie cognitive


« Enseigner et grandir n'est possible que si l'on est animé par la foi en l'éducabilité de l'autre et de soi même. »

« Le cerveau doit recevoir des stimulations cognitives, sociales et affectives. »

« Le métier d'enseignant mais aussi le "métier" d'élève traversent aujourd'hui des turbulences identitaires. »

« Aujourd'hui, le savoir est accessible à tous, en permanence et par des canaux qui échappent totalement à l'institution scolaire. »

« (…) chaque apprentissage transforme les savoirs, les modifie en fonction de l'expérience cognitive et psychique de chacun. Plus les savoirs se multiplient, plus ils sont modifiés par les mécanismes individuels de compréhension. »

« Le savoir scolaire n'est plus toujours considéré comme le tremplin à partir duquel un jeune pouvait s'aventurer dans des savoirs spécifiques et complexes. »

« Il est (pourtant) essentiel que les enseignants connaissent le fonctionnement du cerveau, dont la tache essentielle consiste à traiter l'information, à la mémoriser et à donner les compétences pour l'utiliser. »

« Nous n'avons jamais imaginé qu'une séance d'éducation physique puisse s'envisager sans le corps. Pourtant, nous envisageons des séances d'apprentissage en faisant comme si le cerveau n'existait pas. »

« On trouve évident d'apprendre le geste, le mouvement opportun du corps pour telle compétence sportive, mais jamais le geste neurologique efficient pour le traitement de l'information. »

« Nous vivons l'incroyable paradoxe de rester enfermés dans une représentation déterministe de l'apprentissage à l'heure de l'évolution spectaculaire des connaissances sur la plasticité cérébrale. »

« Les savoirs évoluent, les sciences cognitives font des pas de géant, les comportements des enfants et des jeunes changent, mais nous restons accrochés à des pratiques scolaires anciennes, sous prétexte qu'elles ont fait leurs preuves. Les élèves sont dopés aux notes, aux moyennes et aux examens. Le système s'abrite derrière les habitudes culturelles. »

« L'intégration active de la gestion des fonctions exécutives nécessaires aux apprentissages facilitera cette plasticité cérébrale évoquée précédemment. Il est désormais admis que les enfants ne développent pas tous leur cerveau de la même façon ni à la même vitesse. Chaque cerveau est unique : des cerveaux d'enfants du même âge peuvent avoir jusqu'à 3 ans d'écart dans leur développement et être parfaitement normaux. Ces données devraient impérativement remettre en cause les tests standardises qui émaillent le cursus scolaire dès la maternelle. Les enfants n'entrent pas tous de la même façon dans les apprentissages. Pourtant, la pression est mise pour que tous les élèves du même âge suivent le même programme au même rythme et parviennent à réussir toutes les formes d'évaluation au même moment. Aujourd'hui, des mots comme "plasticité cérébrale" ou synaptogenèse" sont des mots qui ne suscitent guère d'innovation dans le monde de l'éducation, par méconnaissance ou inquiétude, alors même que l'avenir de l'école, notamment l'école inclusive, et le parcours réussi de nombreux enfants sont en jeu. »

« Intégrer à la formation initiale des enseignements des apports sur le fonctionnement de la mémoire, sur les mécanismes d'apprentissage et le fonctions cognitives, sur la variété des styles et des profils est un préalable à la conception de dispositifs d'enseignement. »

« Le climat de sécurité affective est une composante indispensable du processus d'apprentissage et l'enseignant doit prendre en compte l'importance des affects dans la mesure où tout apprentissage de ses élèves se construit en lien avec la qualité relationnelle à l'intérieur de laquelle il se déploie. L'instauration d'un climat de travail sécurisant doit donc être travaillée en formation. »

« Ce que les enseignants découvrent en s'intéressant aux intelligences multiples, c'est que dorénavant, l'aventure de l'Ecole et celle des sciences cognitives sont liées à tout jamais. »

« Ce qui est évalué actuellement dans le système scolaire, surtout dans l'enseignement général, ce sont les performances des élèves et non leurs compétences. Dans le cas de la performance, l'évaluation est tournée vers le passé. Elle cherche à vérifier ce que l'élève a appris avant l'épreuve. La compétence est tournée vers l'avenir. »

« Il semble que les méthodes qui "musclent" la mémoire ne soient pas très efficaces, car elles ne peuvent justement pas muscler toutes les mémoires à la fois, celles qui seraient indispensable à l'apprentissage. »

Marie Curie : « Dans la vie rien n'est à craindre, tout est à comprendre … »

Albert Einstein : « Tout le monde est un génie, mais si vous jugez un poisson sur sa capacité a grimper un arbre, il passera sa vie à croire qu'il est stupide. »

« Plus nous impliqueront les élèves dans les connaissances liées au fonctionnement du cerveau, plus nous serons partenaires dans les démarches d'apprentissage. »