L'erreur, un outil pour enseigner - Jean-Pierre Astolfi

L'erreur, un outil pour enseigner - Jean-Pierre Astolfi

0.00
Add To Cart
l'erreur un outils pour enseigner.jpg
 

L'erreur, un outil pour enseigner

Jean-Pierre Astolfi

ESF Editeur

1997

Catégorie : Pratiques & enjeux pédagogiques, Psychologie cognitive


« Le but visé est toujours de parvenir à éradiquer les erreurs des productions des élèves, mais on admet que pour y parvenir, il faut les laisser apparaître - voire même quelques fois les provoquer - si l'on veut réussir à mieux les traiter. »

« L'obstacle n'est pas une chose, il remplit plutôt une "fonction" dans une économie de pensée. »

« En définitive, l'accent mis sur les représentations des élèves et leur évolution positive amène à ne plus considérer uniquement les connaissances comme des "choses" supplémentaires qu'il faut acquérir et mémoriser. Même si bien évidemment il en faut. Apprendre, ce n'est pas pour augmenter son "stock" de savoirs, c'est aussi - et peut être même d'abord - transformer ses façons de penser le monde. (Nous savons bien, pour nous-mêmes, que nos moments de découvertes essentiels sont souvent ceux qui nous permettent de voir les choses autrement, sans nécessairement que nous en sachions "plus"). »

« Rappelons nous qu'elles (les erreurs) sont des indicateurs de ce à quoi se trouve affrontée la pensée des élèves, ainsi que des raisonnements auxquels ils s'essaient. »

« Les modes de traitement des erreurs sont avant tout révélateurs du type de rapport que les enseignants entretiennent eux-mêmes avec les savoirs qu'ils professent, et les élèves ont une extrême sensibilité à ce sujet. »